HO SNCF, deuxième tentative

Il y a deux articles de cela, je vous annonçais que j’avais détruit mon premier réseau — plus exactement ma première tentative — en HO SNCF. Et en conclusion, je vous promettais de vous en dire rapidement plus sur ce que j’avais en tête pour mon deuxième essai. Après un intermède sur le projet Divoc Baie de François Fontana et sur la nouvelle formule de la revue Clés pour le train miniature, il est donc temps de lever le voile sur l’acte II de mon évocation de la ligne « Montluçon-Gouttières ».

Lire la suite « HO SNCF, deuxième tentative »

Divoc Baie, et la nouvelle formule de Clés pour le train miniature

Alors oui, c’est vrai, je vous avais dit dans mon précédent article que le prochain — celui-ci donc — parlerait de mon nouveau projet de réseau en HO, et si vous êtes perspicaces, vous avez sans doute deviné au titre qu’il n’en serait rien. Mais c’est presque pour la bonne cause. Enfin, j’exagère un peu, mais j’avais envie d’écrire cet article, et mieux vaut battre son frère fer quand il est chaud.

Lire la suite « Divoc Baie, et la nouvelle formule de Clés pour le train miniature »

Le thème d’un réseau ferroviaire, une décision à la fois simple et complexe

Après avoir pris la décision de m’adonner au modélisme ferroviaire, après avoir fixé l’échelle, après avoir opté pour une norme de réseau modulaire, il m’a fallu arrêter le thème de mon réseau. Voilà une question qui peut sembler triviale, sans importance, voire ennuyante, mais qui peut au contraire être passionnante et source de créativité.

Lire la suite « Le thème d’un réseau ferroviaire, une décision à la fois simple et complexe »

Le modélisme ferroviaire quand on a pas de place (et même si on en a)

L’un des principaux écueils du modélisme ferroviaire, c’est que cela peut-être vite très, très encombrant. Néanmoins, comme le fait de n’avoir qu’un petit atelier ne devrait freiner personne à travailler le bois, le manque de place ne devrait pas empêcher la pratique du train miniature. Lire la suite « Le modélisme ferroviaire quand on a pas de place (et même si on en a) »